Festival de bande dessinée Wattrelos

4ème édition 6 et 7 octobre 2018

Découvrez le film du 3ème festival Trait d’union

Vous l’attendiez avec impatience… Voici le film du 3ème festival de bande dessinée Trait d’union. De bien belles images en couleur… Rendez-vous les 6 et 7 octobre 2018 pour une 4ème édition qui s’annonce très très prometteuse !


Batman file en Suisse

Je commence la première rubrique de l’année par cet album qui est une bonne surprise.

En effet Dargaud s’est associé avec DC Comics pour confier à des auteurs francophones l’adaptation d’histoires mettant en scène leurs personnages. Et à tout seigneur, tout honneur, c’est Enrico Marini qui s’y colle avec ce récit inédit du justicier de Gotham. Pas d’énorme surprise dans la narration, on retrouve bien le style de Marini et l’univers familier du Batman avec ses personnages secondaires : Alfred, Commissaire Gordon, Killer Croc. Le Joker est fidèle à lui-même, plutôt traité de manière classique par Marini, de même que sa copine Harley Queen mais c’est incontestablement avec Catwoman que le dessinateur suisse réussit à nous charmer.

MariniCat

Son Batman est fidèle à l’adaptation cinématographique, massif comme Ben Affleck dans les derniers films. Sans surprise c’est le Joker qui se taille ici la part du récit la plus importante. Marini se sort plutôt bien d’un exercice de style auquel il a pris visiblement beaucoup de plaisir. Une femme prétend que Bruce Wayne est le père de sa fille. La dite fille sera enlevée par l’ennemi intime de Batman qui va devoir la retrouver et faire toute la vérité sur cette histoire de paternité. Le joker, plus fou et cruel que jamais fera tout pour mettre des bâtons dans les roues de sa bat-moto.

joker

Il s’agit d’un récit en deux tomes qui plaira assurément à la fois aux fans du super-héros et à ceux de Marini, chacun y trouvera son compte.

Couv_313305

Batman : The dark prince charming T.1 par Marini, Dargaud Editeur

Jeff


Bienvenue à 2018 !

Nous vous souhaitons une année 2018 remplie d’enfants qui dessinent ! Soyez heureux !!

 

voeux


Sous le sapin !

Il fait froid, il neige, on n’a qu’une envie c’est de rester sous un plaid avec un bon chocolat chaud et une bonne BD… Pas de doute, c’est bientôt Noël !

Et bien entendu, les rayons de nos librairies préférées regorgent de nouveautés irrésistibles !

Bien évidemment, la hotte du Père Noël est comme le porte-monnaie de vos parents – votre chérie – votre roudoudou d’amour (rayez les mentions inutiles), et donc, il faut faire un choix !

Alors pour vous aider un peu, je suis allée en repérage, et comme j’ai très bon goût (si, si, rappelez-vous toutes les merveilles que je vous ai déjà fait découvrir 😉 ), vous pouvez piocher dans ma liste les yeux fermés. Enfin, n’oubliez pas de les ouvrir quand même pour en prendre plein les mirettes une fois les paquets déballés !

Ci-dessous, quelques incontournables du rayon jeunesse (tout public), et du rayon « grands enfants ».

brigad1

Sorti il y a quelques semaines, après Puzzle, adapté par le dessinateur nordiste Mig,  la seconde incursion du romancier Franck Thilliez dans l’univers de la BD, avec un scénario thriller à destination de la jeunesse : La brigade des Cauchemars.

Le pitch : Freud et Jung étaient d’accord sur ce point : les rêves sont des constructions de symboles qui se décryptent. Prenant ses distances avec les méthodes d’interprétation des deux illustres psychanalystes, le professeur Angus a imaginé une manière tout à fait nouvelle de pénétrer les songes, ou plus exactement les cauchemars. Son but : débarrasser certains jeunes des rêves qui les tourmentent. Son fils Tristan et son ami Esteban, tous deux 14 ans, forment avec le scientifique la « Brigade des cauchemars », un trio capable d’entrer littéralement dans les rêves effrayants des patients pour en découvrir l’origine et la détruire.

De quoi frissonner à l’abri dans sa chambre !

La brigade des cauchemars, tome 1 : Sarah, Thilliez, Dumont, Drac, Jungle, collection Frissons

cerise

La BD jeunesse doudou de l’hiver, c’est Les carnets de Cerise, dont le 5ème et dernier tome, Des premières neiges aux perséides, vient de paraître.

Le pitch ? Cerise, onze ans, vit seule avec sa mère et rêve de devenir romancière. Elle a déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et surtout les adultes. Elle les observe pour tenter de deviner leurs secrets les plus enfouis… Au fil de ses enquêtes, elle a compris à quel point son passé lui manquait et faisait tout pour ressurgir. À travers une correspondance avec sa mère, Cerise va replonger dans ses souvenirs, dans son enfance – des premières rencontres aux premiers mensonges… Ce voyage lui dévoilera le secret de ses carnets et on comprendra enfin pourquoi elle déteste tant que les adultes dissimulent quelque chose…

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai hâte de lire cet ultime tome et  je refermerai le livre avec une petite larme à l’œil ! Les histoires de Cerise sont complètes et peuvent se lire de façon indépendante, même s’il existe une trame commune qui évolue à chaque album.

Les carnets de Cerise, tome 5 : Des premières neiges aux perséides, Joris Chamblain, Aurélie Neyret, Soleil collection Métamorphose

seuls

Noël, c’est aussi le moment de la sortie des jolies intégrales. Et justement, la deuxième intégrale de Seuls débarque en librairie. Seuls, ce monde où les adultes ont disparu et où une bande d’enfants tente de survivre dans un univers sans adulte qui leur est devenu hostile.

Cette intégrale, qui regroupe les tomes 5 à 8, vous permettra de réviser avant la sortie du film au cinéma !

Seuls, l’intégrale tome 2 – Cycle 2, Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti, Dupuis

loup

Côté humour, une sortie au poil : Le loup en slip revient, et il se les gèle méchamment (ben oui, ça reste l’hiver, hein !). Nul doute que ce deuxième tome nous fera rire et retrouver, l’espace de quelques instants, notre âme d’enfant !

Le loup en slip est de retour et pourrait bien redevenir le méchant de l’histoire L’hiver arrive, il neige, il fait froid… Grognon, le loup répète sans cesse qu »on se les gèle’ ! Mais que peut-il donc bien se geler, lui qui est toujours en slip ? Les habitants de la forêt vont vite devoir le découvrir s’ils ne veulent pas que leur compagnon redevienne le grand méchant loup qui les terrorisait autrefois !

Le loup en slip se les gèle méchamment, Lupano, Itoïz, Cauuet, Dargaud

carmen

Du côté des plus grands, une pléthore de sorties et d’intégrales ! Je n’en retiendrai que quelques-unes, mais nul doute, là encore que votre libraire saura vous aiguiller dans le dédale de ses rayons !

Pour commencer, le traditionnel « beau livre » illustré par Benjamin Lacombe dans la collection Soleil Métamorphose : Carmen.

Le pitch : Carmen est une nouvelle de Prosper Mérimée écrite en 1845, dont a été tiré l’opéra-homonyme, musique de Georges Bizet, livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy (1875). L’action se situe en Espagne, à Séville. Arrêtée à la suite d’une querelle, Carmen, bohémienne au tempérament de feu, séduit le brigadier Don José, et lui promet son amour s’il favorise son évasion… Benjamin Lacombe s’est attaché à mettre à l’honneur l’aura de cette femme fatale à travers ses particularités physiques, avec l’envie de la rendre surnaturelle, envoutante, quasi satanique. Il a utilisé des huiles et des gouaches pour les images en couleurs et de l’encre de chine pour les cabochons.

 Alors bon, il vient juste de sortir, je ne l’ai pas encore feuilleté, mais je l’achète les yeux fermés !

Carmen, d’après Prosper Mérimée, illustré par Benjamin Lacombe, Soleil Productions, collection Métamorphose

 

fourneauxIncontournable également dans ma BDthèque, le 4ème opus des Vieux Fourneaux. Une lecture tout en jeux de mots et clins d’œil, remplie de fous rires et toujours de propos militants. Un régal !

Le pitch : Sus à la Magicienne ! Les Vieux Fourneaux reviennent plus jeunes que jamais ! Après une tournée d’été du théâtre du ‘Loup en slip’, Sophie et Antoine rentrent au bercail… pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d’extension de l’entreprise Garan-Servier, qui relancerait l’économie de la région, est menacé… par une mystérieuse ‘magicienne dentelée’ occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c’est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié… Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père…Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l’identité du père de sa fille, Juliette ?

Les vieux fourneaux, tome 4 : La magicienne, Lupano et Cauuet, Dargaud

maitres

Enfin, je vous propose, parmi tous les coffrets et les intégrales des rayons, de rattraper votre retard au rayon fantasy, et de découvrir le coffret de la 1ère saison des Maîtres Inquisiteurs.

6 albums pour découvrir les Maîtres, leurs elfes, et leurs pouvoirs respectifs ! Des enquêtes indépendantes et un complot final à déjouer ! Lisez vite ces six premiers tomes, le premier tome de la 2ème saison vient de sortir !

Le pitch : 1150. Le Chaos, la guerre qui embrasa durant mille ans les terres d’Occitan, prend fin. Alors que les combats masquaient les actes criminels, la paix les dévoile peu à peu. Meurtres, chantages, vols, outrages, vices, conflits commerciaux, apparaissent au grand jour. Pour faire régner la loi et lutter contre le crime, les Mages, artisans de la paix, ont créé un ordre : Les Maitres Inquisiteurs.

Coffret les Maîtres Inquisiteurs, tomes 1 à 6, Collectif, Soleil Productions

Cindy


Un album 5 étoiles !

Enfin il est arrivé !! Mais non, pas le Père Noël, il aurait un peu d’avance, non : le meilleur album que j’ai lu cette année ! Il en a mis du temps c’est vrai, faut dire que j’en avais lu des pas mal avant quand même mais là…

5branches

J’ai craqué pour le tirage limité de « Cinq branches de coton noir », pas par snobisme mais parce que je voulais absolument lire ce récit en ayant sous les yeux le pur trait de Cuzor et que j’ai toujours en tête, quand il s’agit d’histoire de guerre, les bandes en noir et blanc de Kubert, Severin, Jack Davis sans oublier Pratt où les récits complets Impéria. Je ne regrette pas mon achat, même si ce fut dur d’en trouver un exemplaire. Pourtant 1000 albums à 49 euros ça ne devrait pas partir si vite et bien si ! Et c’est amplement mérité. Pas de panique l’édition normale en couleur ne devrait pas tarder, ne la ratez pas celle-là.

5branches2

Nous sommes en 1944. 3 soldats noirs américains s’ennuient un peu à l’arrière du front près des côtes anglaises alors que le débarquement en Normandie est imminent. Ils rêvent de faits glorieux ou tout simplement de pouvoir participer à l’assaut final mais ce n’est pas évident pour un soldat noir de se mélanger aux blancs. Pourtant une découverte historique d’un membre de la famille d’un des soldats va bouleverser la donne. Et là le récit nous prend et ne nous lâche plus avant la fin. Sans qu’on s’y attende, on se retrouve plongé à l’époque de Georges Washington et on fait la connaissance de Betsy Ross, couturière indépendantiste connue pour avoir cousu le premier drapeau américain étoilé. Et c’est ce fameux drapeau qui sera l’objet de toutes les convoitises. Je ne vais pas dévoiler la trame du récit que je vous laisserai découvrir. Les auteurs nous emmènent au cœur de la guerre à travers des scènes époustouflantes. Le dessin de Cuzor, merveilleusement efficace, sert admirablement les scènes d’action mais aussi celles, plus intimistes, où l’histoire du peuple noir américain est évoquée sous fond de racisme et de violence. Pourquoi les étoiles du drapeau américain cousues par Betsy sont-elles toutes blanches ? Pourquoi des noirs n’auraient-ils pas le droit de retrouver ce symbole d’une Amérique qu’ils aiment finalement tout autant que les blancs ? Les réponses sont dans cet album magnifique. L’encrage puissant d’un noir hypnotique de Cuzor nous prend à la fois aux tripes et par la main pour nous entrainer avec les soldats dans des paysages enneigés ou des villes dévastées. Le scénario d’Yves Sente, même si parfois certaines ficelles sont un peu plus grosses que d’autres, est très bien construit et nous offre de nombreux rebondissements.

5branches3

On se surprend à la lecture de cet album à avoir la bande-son en tête. Les dessins sont tellement forts qu’on entend le bruit des explosions, puis on entend le silence… Une très grande bande dessinée et pas seulement pour son nombre de pages (172). Vivement la version en couleur pour en avoir une autre lecture.

Jeff

5 branches de coton noir par Steve Cuzor et Yves Sente. Edition Dupuis


Retour aux sources pour Jérôme KJ Bloche

« T’as voulu voir Venise et puis t’as vu que Bergues » aurait pu chanter Jacques Brel ! C’est ce qui arrive au couple Babette/Jérôme KJ Bloche dans ce 26ème album. Bonne nouvelle, pour mener cette nouvelle enquête, le détective est de retour dans les Hauts-de-France, dans sa famille, à Bergues plus précisément (oui la ville de Bienvenue chez les chtis). Il va devoir démêler les fils très noués d’une sombre histoire autour d’une petite fille de 11 ans qui a fugué. Je n’en écris pas plus sur la trame du récit car je suppose que, comme moi, vous attendez de lire chaque nouvel arrivage de Dodier avec délice. L’occasion pour moi de le remercier de sa régularité : 26 albums, ce n’est pas rien !

bloche26

Sachez qu’ici le dessinateur est parvenu à créer un climat digne des meilleurs romans de Simenon et il sait, comme personne d’autre, dessiner les ambiances pluvieuses du Nord, quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle (tiens, c’est pas mal ça, faudra que je le replace…). Un humour léger, distillé par-ci par-là permet au lecteur de respirer quand l’atmosphère devient plus lourde et toujours cette profonde humanité qui caractérise l’œuvre d’Alain Dodier, définitivement un des meilleurs auteurs de bande dessinée contemporaine.

bloche_plancheJérôme KJ Bloche 26 Le couteau dans l’arbre par Dodier, éditions Dupuis. A noter qu’un tirage limité de 1000 exemplaires a été tiré pour l’occasion

dodier

Alain Dodier lors du second festival Trait d’union en octobre 2016


Avec Romano Scarpa Mickey parade !

Le monde de Disney est séparé en deux. On a d’un côté les canards et de l’autre les souris. Et si certains auteurs sont devenus des maîtres reconnus dans chacun des univers (Carl Barks et Don Rosa pour Picsou, Al Taliaferro pour Donald ou Floyd Gottfredson pour Mickey), il en est un qui a réussi le tour de force de devenir culte dans les deux réunis. Auteur d’une œuvre prolifique, Romano Scarpa, le maître italien de Disney et premier auteur transalpin à avoir été édité aux USA, est aujourd’hui l’un des plus célèbres dessinateurs de la Walt Disney Company.

Romano_ScarpaAprès celles consacrées à Carl Barks, Floyd Gottfredson et Don Rosa, les éditions Glénat sortent une nouvelle intégrale dédiée à l’un des plus grands dessinateurs de l’univers Disney.

501 GRANDES AVENTURES DE ROMANO SCARPA T01[DIS].indd

Si le nom de Romano Scarpa n’évoque pas forcément grand-chose aux lecteurs français, en revanche tous ceux qui ont été élevés aux « Mickey-Parade le connaissent très bien à travers son dessin. Constitués en majorité de matériel italien publié dans « Topolino » – le nom de Mickey en Italie – Mickey-Parade a connu un grand succès et est encore aujourd’hui collectionné par de nombreux nostalgiques. Cette intégrale les ravira d’autant plus que le premier récit proposé met en scène le plus fameux ennemi de Mickey : Le fantôme noir.

PlancheA_312165

Construite de façon chronologique, bénéficiant, à l’instar des autres séries de la « Pléiade Disney », d’un appareil critique très complet, cette nouvelle collection devrait combler les attentes des fans qui l’espéraient comme le messie !

Les grandes aventures de Romano Scarpa tome 1 1953/54 (éditions Glénat)

Jeff


Retour sur Le député

LE DEPUTE 1

Corinne vous en a déjà parlé il y a quelques semaines sur le blog mais comme je n’avais pas lu l’album à ce moment, j’aimerai revenir sur « Le député » par Al Coutelis et Xavier Cucuel. Dans la préface le lecteur apprend que c’est Jean-Louis Debré qui a aidé les auteurs à se diriger dans les méandres de l’assemblée nationale, l’idée étant de proposer un album qui expliquerait aux lecteurs les rouages de la «noble assemblée ». Le dessin de Coutelis, brillant et efficace, sert parfaitement le récit. D’une grande lisibilité ses cases nous dévoilent le parcours d’un député élu un peu malgré lui. Jean-René Galopin est un médecin de campagne qui succède à son père en tant que maire d’un village du Sud-Ouest. Le hasard des élections fait qu’il se retrouve élu député après avoir battu un membre du front national. Pour lui va alors commencer un parcours initiatique où il fera des rencontres singulières. Certains « collègues » l’aideront à mieux appréhender la fonction de député, d’autres lui mettront d’inévitables bâtons dans les roues. On découvre ainsi comment fonctionne l’assemblée nationale. Ses salles grandioses mais aussi ses bureaux avec lit étriqué, ses restaurants, sa poste, sa bibliothèque mais aussi ses cessions interminables dans la nuit, ses commissions bidon dont la plupart semble se foutre. Les auteurs nous  guident de page en page et cela fonctionne plutôt bien. On découvre aussi que malheureusement magouilles, conflits d’intérêts et copinages sont toujours autant d’actualité. Mais c’est toujours bien d’en être informé, à défaut de pouvoir y remédier.

depute_1

On se rend compte aussi à quel point il est souvent difficile pour un élu de concilier la vie privée, celle sur le terrain et celle à l’intérieur de ce microcosme politique. Au fur et à mesure des pages, Galopin devient de moins en moins attachant, gagné par le désir de notoriété, miné par les pressions de différents lobbys. La fin de l’album est un peu abrupte, il semble désabusé et on ne sait pas vraiment s’il y aura une suite à ce premier tome. Je suppose que c’est une volonté des auteurs. Le plaisir de la lecture est, en tout cas, bien présent.

Un reproche toutefois à l’éditeur, le style de Coutelis ne nécessitait pas vraiment de concevoir un album couleur cartonné assez cher finalement. L’album fait 152 pages mais parfois on trouve de grandes doubles pages inutiles avec une vignette unique qui font un peu remplissage. Un album noir et blanc broché petit format aurait été, à mon avis, moins onéreux et tout aussi efficace tant le dessin de Coutelis atteint une perfection stylisé dans cet album.

A découvrir si le monde de la politique vous intéresse…

Le Député par Al Coutelis et Xavier Cucuel, éditions Grand Angle

Jeff


Maxime Valmont : un nouvel aventurier

MV_couv

Nous l’avons déjà signalé : les éditions du Long-Bec, basées à Strasbourg proposent des albums de qualités, dignes d’intérêt. Mis en avant lors de notre festival grâce au dynamisme de Didier de BDFusions, les albums de cette jeune maison d’édition sont de qualité : belle fabrication et surtout, auteurs talentueux. Notre public a d’ailleurs pu s’en rendre compte grâce à la présence de Pascal Régnauld et de Guiseppe Manunta. Outre leur gentillesse et leur disponibilité, les fans de dédicaces ont été comblés.

J’aimerai m’attarder ici sur une nouveauté de Manunta et Seiter : Maxime Valmont. C’est toujours plaisant de découvrir un nouveau héros, qui pourrait devenir celui d’une série qu’on espère longue.

L’action se situe dans les années 30. Courtier en œuvres d’art anciennes, Maxime Valmont est riche, séduisant et athlétique. Dans une salle de ventes aux enchères, il fait la rencontre d’une jolie jeune femme russe qui va le conduire à la recherche d’une montre luxueuse et du mythique trésor des Romanov, la famille du dernier Tsar de Russie. Aidé par son amie, une aviatrice américaine qui s’avère être aussi douée pour d’autres pratiques, Valmont mènera l’enquête avec succès.

MV03

Tout le talent de Manunta est présent dans cet album. Les décors et les couleurs sont sublimes et il y a parfois du Gibrat dans les visages des personnages. En outre, le goût du dessinateur italien pour les dessins érotiques transparait ici à travers quelques pages, pour le plus grand plaisir du lecteur. Son découpage n’est pas toujours très fluide mais il faut signaler les nets progrès de cet auteur, de plus en plus évidents, d’album en album. Manunta est aussi le dessinateur de Sherlock Holmes (toujours avec Roger Seiter) et de Zombie Walk, dans un style différent.

Nous sommes ici en présence d’un album de facture classique qui comblera les amateurs d’aventure. Valmont manque encore un peu d’épaisseur psychologique pour qu’on s’y attache mais c’est souvent le cas lors d’un premier tome. La fin du récit nous le rend plus sympathique mais je n’en dirai pas plus. A vous de découvrir ce bon album de bande dessinée, vous n’aurez pas à le regretter.

MV06

Maxime Valmont par Manunta et Seiter, éditions du Long-Bec

Jeff