Festival de bande dessinée Wattrelos

4ème édition 6 et 7 octobre 2018

Rencontre avec le 3ème art

Bon… On a dit qu’à l’occasion de la sortie de la nouvelle collection Grands Peintres, on parlait peinture. Enfin… Bd qui parle de peinture. Il faut avoir un sacré culot (remplacez par inconscience ou folie au choix) pour s’attaquer à Dali ou à Picasso. Eh oui, parce qu’une Bd, c’est pas une bio… Je veux dire par là que pour faire une Bd, il faut dessiner : je vous entends déjà ricaner et dire qu’il n’y avait qu’une blonde pour écrire ça. Oui, mais pour faire un album sur Dali, il faut dessiner… du Dali ! Ah… Vous me suivez maintenant !

SMUDJA PEINTRES

Gradimir Smudja

Allez, je vous présente ma top sélection. Ma première mention « c’est-pas-possible-comme-c’est-génial » – en ces temps de restriction universelle, ne lésinons pas sur la louange – revient au Dali de Baudouin.

BD DALI 2

De splendides dessins en noirs parfois illuminés de touches de couleur rouge, ocre, bleue… Quand on plonge dans l’album, on a vraiment l’impression que « quelque chose se passe » entre les deux artistes. Que le rapprochement relevait de l’évidence. Rappelons que les planches ont été exposées au Centre Pompidou.

 BD DALI 1

Autre coup de cœur : Léonard et Salaï, de Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen.

SALAI 2

Les dessins de Benjamin Lacombe sont d’une finesse remarquable et particulièrement esthétiques ! Quel beau portrait ce génial illustrateur nous brosse de Leonard de Vinci, pour une fois dans ses jeunes années et sans grande barbe.

SALAI 8

Excellent scénario également grâce auquel on découvre Salaï, le jeune amant de Léonard… son modèle. Au fait et si la Joconde était ????

VINCENT 6

Jubilatoire, Le Vincent et Van Gogh de Gradimir Smudja. Il nous avait déjà régalés avec le Cabaret des Muses consacré à Toulouse Lautrec. Le voici toujours dans son registre déjanté qui s’attaque au peintre à l’oreille coupée. Le pitch ? Et si Van Gogh n’avait jamais été un artiste de génie, mais un pauvre type sans aucun talent ? Et si l’une des oeuvres parmi les plus célèbres de l’histoire avait été entièrement peinte par un autre et usurpée par Van Gogh ? Hypothèse farfelue, scandaleuse forfaiture ? Pas si sûr. Car Van Gogh, une nuit en Arles sauva la vie d’un mystérieux petit chat appelé Vincent, qui se mit à créer les toiles les plus extraordinaires.

VINCENT 13

Gros délire me direz-vous ? Oui et tant mieux, mais avec des dessins beaux comme des tableaux… Pour les fans, Smudja s’est même attelé avec sa femme à une superbe histoire de l’art : « Au fil de l’Art ».

ANGELUS couv

Autour du célèbre Angelus de Millet et de Dali, je vous recommande les deux tomes particulièrement prenants de L’Angelus, de Giroud et Homs, dans la série Secrets de Dupuis. « Rien ne prédestinait Clovis à ressentir l’intense bouleversement qu’a suscité en lui la découverte de L’Angélus de Millet, au Musée d’Orsay. Père de famille sans histoire, au quotidien enlisé dans la routine, il se sent d’un coup submergé par une émotion inconnue qui le pousse à découvrir ce qui se cache derrière l’image. Troublé par les versions qu’en a fait Dali, il se convainc que là réside la clé du mystère ». C’est haletant et plein d’humanité et les dessins semi-réalistes de Homs complètent avec délice le travail de Giroud.

ANGELUS 17

Voilà, 4 styles graphiques différents, 4 façons originales de détourner ou contourner la bio, 4 réussites. C’est mon podium. Oui, je sais, y a quatre marches, mais quand on aime, on ne compte pas. Allez, dans la deuxième partie, je vous parle de Picasso, de Delacroix, de Chagall, de David et de Botticelli.

 

Corinne