Festival de bande dessinée Wattrelos

4ème édition 6 et 7 octobre 2018

Corben va redonner du muscle à Angoulême !

Passer de Cosey à Corben ! Il fallait oser… Donc le président du prochain salon 2019 sera le grand dessinateur américain Richard Corben, spécialiste de la bande dessinée fantastique et de science-fiction. Plutôt sympa ça ! J’attends impatiemment de découvrir l’affiche de l’année prochaine avec la censure qui revient en force… Au moins il devrait y avoir une belle expo rétrospective et puis voir Corben en festival, j’avoue que c’est rare.

creepyComme beaucoup j’ai découvert Corben dans les pages du mensuel Métal Hurlant à la fin des années 70 et j’en suis encore à me demander après tant et tant d’années (clin d’œil à François Béranger, pour ceux qui connaissent) comment il pouvait dessiner de cette façon. Corben a inventé le dessin en 3D en couleur et sans les lunettes ! Dès les premières pages de Den, sa série la plus connue, nous nous retrouvions plongés dans un univers fantastique et violent où évoluait un personnage chauve et bodybuildé entouré en permanence d’accortes femelles très « en formes » et peu farouches. Avec Corben, c’est toute l’Heroic-Fantasy qui prendra de nouvelles couleurs. Sorte de Frazetta protéiné, il fait découvrir au public français, à travers son travail, Poe, Lovecraft ou Robert E. Howard. J’étais admiratif de son travail et me suis mis à chercher toute ses publications, certains albums étant particulièrement difficiles à dénicher car tirés à peu d’exemplaires par de petits éditeurs. J’étais toujours heureux de le lire au hasard des pages de Creepy ou l’Echo des savanes special USA et je lui dois de m’avoir fait aimer l’univers des grands auteurs américains de littérature fantastique. Seulement voilà, le style de Corben ayant très peu évolué, je m’en suis lassé au fil des années. Aujourd’hui donc Corben est bombardé président du prochain festival d’Angoulême et je m’en réjouis car, à travers lui, c’est toute la bande dessinée américaine fantastique qui est récompensée. Même si j’eusse préféré que l’on nommât (wouah !) Bernie Wrightson. Ceci dit, vivement cette belle exposition rétrospective de son œuvre !

Corben

Et je profite de cette chronique pour passer un coup de gueule envers la plupart des chaines infos qui semblent se rappeler que la bande dessinée existe une fois l’an quand arrive le festival d’Angoulême. D’une :  il y a d’autres grands festivals bien plus intéressants que celui-ci (par exemple St Malo ou Amiens). De deux : la situation de la plupart des auteurs mérite que l’on s’y attarde un peu plus que 3 mn en fin de JT. De trois : rien n’est plus télégénique qu’une case de bande dessinée agrandie à l’écran et rien n’est plus intéressant qu’un artiste à qui on donne un peu de temps pour parler de son œuvre et ça les chaines TV ne l’ont toujours pas compris. Après ils s’étonnent que nous allons tous sur Internet et délaissons la télévision…

Jeff

television-geluck-bande-dessinee