Festival de bande dessinée Wattrelos

4ème édition 6 et 7 octobre 2018

Michel Plessix… Les larmes dans les sables

 

PLESSIX

 

Cruel, le destin : alors qu’il avait enfin réalisé l’affiche du prochain festival de Saint-Malo (lui le malouin d’origine) Michel Plessix vient de nous quitter d’une crise cardiaque. Il avait 57 ans et c’était un prodigieux dessinateur doublé d’un être attachant. Formé par Jean-Claude Fournier, il avait été découvert par le grand public grâce aux éditions Delcourt et la remarquable série « Julien Boisvert ».

 

Cette série se démarquait beaucoup à l’époque par la qualité de son dessin et les récits de Dieter, teintés d’humanisme et d’aventure. Plessix aimait prendre son temps pour réaliser ses planches, il prenait un soin méticuleux à imaginer des décors riches en détails. Le succès est arrivé avec ce chef-d’œuvre qu’est « Le vent dans les saules », adapté du célèbre roman du britannique Kenneth Grahame.

plessix3

Pour avoir eu la chance de concevoir une exposition de ses planches et dessins originaux, je peux témoigner de l’extrême richesse de son trait ainsi que de ses qualités d’être humain. Personnalité timide voire renfermée et tourmentée, Michel Plessix était aussi un excellent camarade pour qui le connaissait. Scénariste de quelques albums de « La famille Passiflore » avec Loïc Jouannigot, il avait sorti aussi une suite au « Vent dans les saules » intitulée « Le vent dans les sables » ainsi que chez Casterman « Là où vont les fourmis » avec Frank Le Gall, qui restera comme, hélas, son dernier album.

plessix2

C’est une perte immense pour le monde du 9ème art.

Jeff