Festival de bande dessinée Wattrelos

4ème édition 6 et 7 octobre 2018

Les Mondes de Thorgal, La Jeunesse

Les Mondes de Thorgal, La Jeunesse

Tome 4 : Berserkers

Roman Surzhenko et Yann / Editions le Lombard

  thorgal couv

Thorgal, ma Madeleine de Proust en BD, la série que je ne cesserai jamais de relire, et pour laquelle je continuerai inlassablement d’acheter les tomes, les spin-off, les éditions collector, etc…

La « jeunesse » de Thorgal est justement l’une de ce séries spin-off, qui se penchent sur les personnages de la série, avec Louve et Kriss de Valnor. Le quatrième opus vient de sortir, et bien évidemment, je n’ai pu résister à l’envie de le dévorer de suite !

Et en effet, si les aventures de Thorgal adulte sont riches en rebondissements, l’on sait peu de choses de son histoire, lorsque, enfant, il fut rejeté par la mer sur les côtes vikings. Evoqué rapidement dans le tome 7, L’enfant des Etoiles, on comprend que l’enfance de notre héros n’a pas été de tout repos, et que l’aventure était déjà au rendez-vous, sans que nous n’en sachions plus sur les détails des épreuves subies, ni de son mariage avec la belle Aaricia, laquelle a également eu droit à son album dans la série phare.

thorgalenfant

thorgalaaricia

l était donc intéressant de pouvoir découvrir l’histoire du jeune Thorgal, et ce quatrième album clôt le cycle amorcé avec l’album Runa, dans lequel une vierge guerrière s’invitait aux festivités de Gandalf-le-Fou, qui cherchait alors à trouver un bon parti pour sa princesse de fille, alors même que cette dernière se faisait enlever par une horde de guerriers infiltrés par ruse.

Nous retrouvons donc notre jeune héros, qui semble grandir à vue d’œil entre chaque album à la poursuite du drakkar ennemi, accompagné de quelques guerriers et de deux autres prétendants à la main d’Aaricia.

Tempêtes en mer gelée, épreuves de courage diverses, batailles et morts se profilent tout au long des pages, qui aboutiront à la révélation finale : comment Thorgal a obtenu la main de sa belle princesse.

Une aventure menée tambour battant, avec un graphisme et des couleurs irréprochables, dans la veine de la tradition « rosinskienne ».

thorgal1

Cependant, à bien y réfléchir, il m’a manqué quelque chose dans cet album… ou plutôt, il y avait quelque chose de trop. Trop de bons sentiments dégoulinants. Trop d’événements et de comportements convenus. Si ce n’étaient les drakkars et les hâches ennemies, on aurait pu se croire dans un épisode de Candy…

Depuis des années que j’attends la « révélation », les dessous de ce mariage, j’avoue avoir été un peu déçue par l’ambiance générale du scénario, qui aurait peut-être mérité plus de « brutalité » viking.

Il n’empêche que ça a été un plaisir de retrouver mes personnages fétiches, que le dessin de Surzhenko est juste posé comme il faut, et que j’ai dévoré l’album en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire…

Pour les inconditionnels de la série, donc, pour peu qu’ils ne soient pas trop demandeurs de scénarios originaux.

Cindy