Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet

 

 ric-hochet-couv

J’ai toujours peur de croiser Jeff et pire encore de parler BD avec lui attablé devant des boulettes-frites dans un petit restau de Bruxelles que nous affectionnons. Parce que ça ne loupe pas: « Hello ! Comme tu m’as donné envie de lire le dernier Ric Hochet, peut-être peux-tu faire un petit texte pour le blog ?”. Et moi de faire violence à ma flemme légendaire.

Alors… Let’s go!

 

J’ai toujours été fan de Ric Hochet, pour le meilleur (les 15 premiers) et le pire que, par amitié pour mes amis Tibet et Duchâteau, j’ai renoncé de comptabiliser… Les derniers albums des deux susnommés, je les achetais par réflexe conditionné, “pour la collec”!

Quand il fut question d’une reprise par Van Liemt et Zidrou, je m’étais juré de pas piquer au truc: trop de reprises sans intérêt et dispensables, plus de place sur mes étagères, réduire mon budget BD… tous les prétextes y passèrent. Mais bon, quand la curiosité vous démange! Et là, très très agréable surprise: un Ric Hochet, quoi qu’encré dans les sixties, modernisé, virevoltant et reboosté!

 

Le principal artisan en est bien sûr l’excellent Zidrou qui n’en finit pas de nous surprendre. Il assume avec brio l’héritage avec un scénario truffé de références à l’univers des premiers RH, d’humour constant, souvent subtil voire troisième degré et de rebondissements incessants très éloignés des derniers opus de la série mère. Et puis on en apprend, entre autres, de belles sur un Bourdon ancien collabo ou une Nadine qui se révèle être une sacrée petite délurée. La scène de “la crampe” de Ric dans le tome 1 est particulièrement savoureuse…tandis que dans le tome 2, en toute innocence, elle ne crache pas sur un p’tit joint, si,si… Bref, vous l’aurez compris Zidrou fait mumuse en pervertissant l’univers archi-codé de la série originale et parvient à nous emmener avec lui.

rh2_bis

On restera plus réservé sur le dessin dont on sent malgré tout qu’il est perfectible. Une fois résolu le problème des personnages qui souffrent souvent de proportions maladroites (corps trop petits, têtes trop grosses) on pourra peut être y trouver dans les prochains albums un certain charme. Mais là n’est pas le plus important car l’ensemble est parfaitement découpé, plutôt bien foutu et surtout diablement efficace. C’est (sur)tout ce que l’on demande à ce genre de série qui n’a, de toute façon, jamais été vecteur de prouesses graphiques et d’ailleurs Tibet était le premier à le reconnaître.

 

Mission accomplie et réussie pour les deux repreneurs, vivement le tome trois! Et merci, car ça faisait bien longtemps que je ne salivais plus dans l’attente d’une nouvelle aventure du journaliste au veston moucheté de mon enfance.

 

Je m’en tire bien parce que Jeff aurait pu aussi me demander de parler du remarquable et volumineux troisième tome de l’intégrale Serge Clerc, du dernier Blake et Mortimer pas désagréable mais un poil routinier avec un Juillard en sous régime ou même de la nouvelle formule du BDM,  ce qui nous aurait, aujourd’hui, emmené trop loin. Surtout moi qui n’aspire qu’à regagner mon fauteuil préféré pour me replonger dans la pile de lecture qui m’attend…

 

Meurtres dans un jardin anglais par Zidrou et Van Liemt (éditions du Lombard)

Benoît Bonte


L’incontournable pour les amateurs de thriller : Puzzle

 

 

puzzle

On l’attendait ! Puzzle, d’après le roman de Franck Thilliez, qui signe d’ailleurs le scénario, avec Mig au dessin. Et il est enfin chez votre libraire, pile à temps pour l’offrir à tous vos copains amateurs de thriller !

Du grand Mig. Double lecture au minimum. La première, haletante, pour connaître la fin. Vite, vite. La seconde pour savourer le dessin parfaitement maîtrisé, le découpage aux petits oignons et la colorisation parfaite, dans le ton de l’atmosphère glaçante.

puzzle-2

L’histoire (le début je vous rassure…) : Ilan et Chloé, spécialistes des chasses au trésor, ont longtemps rêvé de participer à LA partie ultime : ce jeu mystérieux appelé Paranoïa. Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle N°1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. Suivie de la règle N° 2 : L’un d’entre vous va mourir. Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, la distinction entre jeu et réalité devient de plus en plus difficile à établir. Paranoïa peut alors commencer…

Corinne


Dans la hotte du fan des Légendaires !

Nos visiteurs du Festival Bd de Wattrelos, fans de Patrick Sobral, ne manqueront pas de mettre sur leur liste du Père Noël ces deux nouveautés « Légendaires » !

 

Le calendrier 2017 est arrivé !

calendrier-legendaires2017

Un calendrier pour passer une année Légendaire ! De spectaculaires illustrations de Patrick Sobral qui orneront les murs des innombrables fans de sa série best seller ! Les fêtes et les vacances scolaires sont indiquées.

 

et sur la base de « Où est Charlie ? » ….

cherche-legendaires-3d

Dans douze décors emblématiques de la BD, vous devrez réussir à retrouver les différents membres des Légendaires, ainsi que de nombreux objets et accessoires ! Des illustrations très grand format, richement détaillées et colorées, pour des heures d’amusement.


J’ai rencontré Gotlib

gotlib

En ce jour de novembre 1979, je me rends, tout ému, dans la grande librairie lilloise « Le furet du Nord ». Comme chaque année à la même époque des auteurs de bande dessinée sont invités à rencontrer leur public et à dédicacer leurs albums et c’est pour moi la première fois que je vais rencontrer un dessinateur. Ce jour là, excusez du peu, sont invités : Franquin et Gotlib. La foule est nombreuse (eh oui, déjà à cette époque quand il y avait de grandes vedettes du 9ème art, les gens se pressaient pour obtenir un petit dessin dans leur BD), il faut choisir l’un ou l’autre. Sans hésiter je choisis Gotlib, mon idole, mon maitre es-humour, mon dieu à moi qui suis pourtant athée. Il vient pour promouvoir le premier tome d’une nouvelle série : Rhâ-Gnagna.

La foule se presse pour voir le génie et j’ai le temps de réfléchir à ce que je vais bien pouvoir lui dire. Peut-être qu’il est un des rares dessinateurs à m’avoir fait rire aux larmes. En effet, je suis plutôt bon public mais de là à me faire rire aux larmes ! Avec Gotlib c’est différent. Son humour est devenu le mien. Je pourrai aussi lui dire que déjà tout petit j’aimais beaucoup lire les aventures de Gai-luron ? Ou bien que je le trouve plus ressemblant sur ses caricatures que dans la vie ?

rhagnagna1

Devant moi au dame un peu forte joue des coudes pour être certaine d’avoir un dessin, elle n’hésite pas à bousculer tout le monde. Il fait chaud au Furet, le plafond est bas et comme dehors c’est l’automne, on a tous gardé nos manteaux. De plus nous sommes en configuration sardines, le public est un peu à cran. Les heureuses personnes ayant eu la chance d’avoir une dédicace sortent de la mêlée en mode rugbyman. La dame un peu forte rouspète, éructe et râle… Plus que deux et c’est à mon tour, j’aperçois déjà l’auguste crâne un peu dégarni de mon Marcel. Je sors ma bd toute neuve du plastique quand soudain je vois la dame qui se met à tituber et qui tombe dans les pommes ! Panique générale !! Gotlib lève son nez de la table à dédicaces et sort avec son inénarrable accent de titi parisien : « On ne m’avait pas dit que c’était Mike Jagger qui dédicaçait !» Déjà des petits malins essayent de me piquer ma place, profitant de la cohue. Je repousse les fâcheux énergiquement. On aide la dame à se relever. La sécurité du Furet du Nord (en fait un monsieur moustachu à l’air débonnaire) l’aide à s’assoir sur une chaise et lui apporte un verre d’eau. Tout cela se passe tellement vite que je ne vois pas Gotlib terminer la dédicace du type devant moi qui s’en va et je me retrouve face au grand homme. En voyant mon air ébahi, Il me demande si je vais bien et si je ne vais pas tomber dans les pommes à mon tour, je lui dis que non. Puis il se met à dessiner, en trente secondes chrono, Momo le morbaque sans rien me dire d’autre. Et moi je le regarde dessiner. Il me demande mon prénom, je lui réponds et il me rend l’album. Merci, au revoir… Je sors du magasin… Putain j’ai rencontré Gotlib !!

gotlib-3

Je n’ai jamais regretté ce jour-là d’avoir choisi Gotlib plutôt que Franquin. J’ai eu, en effet, la chance de revoir Franquin un peu plus tard, mais plus jamais Gotlib, celui-ci ayant décidé ensuite de ne plus participer à des séances de dédicaces. J’ai gardé de cette rencontre un souvenir amusé et néanmoins heureux car il me reste un dessin. Il y a quelques années, ayant récupéré son numéro de téléphone, j’ai pris mon courage à deux mains et lui ai téléphoné pour enfin lui dire merci pour toute la joie qu’il m’avait procuré. Aujourd’hui cette joie fait place à de la tristesse. C’était le plus grand auteur de bande dessinée d’humour français, rien que ça… Rien d’autre à ajouter.

Jeff

 



Le prix mérité de SuperS

Bravo à DAWID , invité du dernier Festival de la Bd de Wattrelos, et à Frééric Maupomé, le scénariste qui vont recevoir ce samedi 3 décembre à 16h30 à Montreuil, pendant le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, le prix jeunesse 2016 de l’ACBD (Association des Critiques et Journalistes de Bande Dessinée) pour le tome 2 de SuperS !

supers-e

SuperS a été choisi parmi les 350 nouveautés jeunesse de l’année ! Nous avions particulièrement aimé cette série qui avait été mise à l’honneur à la fois dans notre exposition sur les Super-héros français et dans l’exposition «Enfances, 50 mômes de papier ».

supers-1

SuperS, ça commence comme ça : Mat, Lili et Benji, trois enfants réfugiés d’une autre planète, ont été abandonnés sur Terre par leurs parents. Dotés de super-pouvoirs, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes. Tiraillés entre le désir de mener une vie normale parmi les humains, la peur d’être découverts et, pour les plus petits, l’envie de découvrir qui ils sont et ce dont ils sont capables, cette nouvelle rentrée des classes sur Terre s’annonce des plus mouvementées !

Et cerise sur le gâteau, le tome 1 publié en août 2016, sortira dans quatre mois aux Etats-Unis ! Les éditions de la Gouttière ont vendu une série de super-héros (jeunesse !) au pays des comics. Et pas chez n’importe qui, chez Top Shelf (groupe IDW Publishing), l’éditeur de… Craig Thompson !

Les deux tomes sont à mettre impérativement dans la hotte de Noël !


LE FILM DU FESTIVAL 2016

logo detoure
Vous l’attendiez tous et bien le voici !
Réalisé de main de maitre par Fabrice, notre responsable des supports visuels, retrouvez le film de l’édition 2016 du festival Trait d’union. 19 mn de bonheur à partager sans modération (un conseil allez bien jusqu’au bout du film) ! L’occasion pour ceux qui n’y étaient pas de découvrir ce qu’ils ont manqué et leur de leur donner envie de venir nous rejoindre l’année prochaine.

Découvrez des planches du prologue à Justice League vs. Suicide Squad

C’est à la fin du mois prochain que DC Comics nous proposera son premier event sous l’ère Rebirth, qui fera s’opposer les deux équipes les plus en vues du moment dans l’univers de l’éditeur à deux lettres : Justice League vs Suicide Squad. Une mini-série en six numéros hebdomadaire qui aidera à faire passer les fêtes de fin d’année, mais une petite introduction à cet event aura lieu dans les pages de Suicide Squad #8.

planche-1

planche-2

planche-4

 


Rencontre avec Issa Boun

Excellente initiative de la bibliothèque de Wattrelos qui avait invité mercredi 23 après-midi le jeune auteur de BD wattrelosien Issa Boun à dédicacer son album : Les Vanhoutte.

100_0467-1

Les amateurs des autobiographies de Boulet ne seront pas déçus avec cet album rempli d’humour noir qui interpelle le lecteur. L’histoire de sa genèse est assez originale puisque Issa l’avait proposé à compte d’auteur au format Ebook sur Amazon (et en avait vendu une dizaine) avant d’être contacté par les éditions Lapin qui lui ont proposé de publier l’album en format papier. Album maintenant disponible dans toutes les « bonnes » librairies.

Outre Boulet, Issa Boun revendique les influences de Bill Watterson (Calvin et Hobbes) et de Ryad Sattouf mais aussi des mangakas Akira Toriyama (Dragonball Z) et Takehiko Inoue (Vagabond). Il dit avoir lu, étant jeune, quasiment tous les albums de bande dessinée de la bibliothèque de Wattrelos. Ce qui lui a donné l’envie de s’inscrire aux Beaux-Arts de Tournai et de suivre les traces d’auteurs désormais reconnus comme Vanyda.

vanhoutte

Issa Boun ne se considère pas uniquement comme un dessinateur, il a plusieurs projets éditoriaux en tant que scénariste, notamment un récit d’aventure qui devrait voir le jour avec une maison d’édition de La Réunion (eh oui, il habite maintenant dans cette superbe île lointaine, le veinard…) Des bulles dans l’océan.

Avec les Vanhoutte, une caricature de la famille française, Issa vise un large public et puise sont inspiration dans la vie réelle. Son humour sans filtre tape tous azimuts sur des sujets sociétaux comme  le féminisme, l’homosexualité, la société de consommation, le port du voile… Son trait assez minimaliste et l’absence de décors caractérisent son travail. Il crée les découpages et les attitudes des personnages d’abord au crayon puis peaufine les cases à la palette graphique. Inutile de préciser qu’il a choisi sans doute le genre le plus difficile, à savoir : la bande dessinée d’humour.

On souhaite beaucoup de bonheur à Issa, qui vient de se marier à la mairie de Wattrelos, et un tome 2 pour l’année prochaine. Qui sait, peut-être pourra-t-il être des nôtres pour le 3ème festival Trait d’union ?

Jeff


Ouverture de la saison des intégrales

kili-1

C’est parti ! A l’approche des fêtes, les intégrales fleurissent sur les rayons de nos libraires préférés et …aïe pour le portefeuille ! Mais avouons que c’est aussi la certitude de pouvoir savourer une série qui ne s’arrête pas après le premier tome. Pour les bédéphiles patients !

kili-couv

Nous allons largement nous faire l’écho des prochaines sorties d’intégrales, mais j’ouvre le feu avec une série magnifique, aussi remarquable au point de vue scénaristique que sur les choix graphiques : Kililana Song, de Benjamin Flao. A acheter et offrir les yeux fermés.

kili-2